Un certain gout pour la carte

La cartographie est un choix pour exprimer l’information géographique. Selon le choix de son auteur et l’utilisation de l’information numérique, la carte peut avoir des traitements multiples. Où se situe la donnée numérisée dans cet ensemble ?

1) Quels utilisateurs et quels produits ?

 L’utilisation des Systèmes d’Information géographiques (SIG) permet la localisation, la description, l’analyse et le diagnostic de l’information afin de communiquer, prendre des décisions ou s’informer. Tous les gestionnaires de risques, cartographes, acteurs de l’environnement et de l’agriculture, gestionnaires de flux et réseaux sont intéressés par cet outil.

Premier exemple, la constitution du Référentiel à Grande Echelle consiste à superposer des images (orthophotoplans à précision métrique) avec de la topographie (routes, fleuves, toponymie), le cadastre, les adresses et, enfin, le zonage (PLU…). Le résultat est un outil très innovant pour les collectivités territoriales.

Deuxième exemple dans le contexte européen, la convention d’Aarhus prévoit le libre accès de tous les citoyens aux informations numériques. L’initiative INSPIRE (infrastructure spatiale d’information en Europe) s’inspire de ce droit des citoyens européens.

Enfin, la formation est prise en compte par la reconnaissance de 5 métiers en rapport avec la géomatique et la création d’un portail francophone de formation (Géoform) ainsi que l’organisation d’un colloque emploi/formation en 2005.

On peut ensuite se poser la question du rapport entre l’information géographique et la citoyenneté. Quatre catégories d’utilisateurs se dégagent : les experts, les géomaticiens, les utilisateurs et les consommateurs. Ces derniers représentent dans l’UE un marché de plus de 450 millions de personnes susceptibles de se procurer les produits de l’information géographique : des logiciels dont certains sont gratuits, des données pour système de guidage, des ortho photos, quelques données de l’IGN, des produits et services (GPS, alerte téléphone radars, météo…).

2) L’information géographique et l’alimentation

L’information numérisée peut être utilisée pour la mise en place de l’agriculture de précision par l’utilisation d’outils très performants par les agriculteurs. Elle permet aussi une réelle traçabilité alimentaire notamment par l’établissement d’une cartographie des AOC.

Enfin, son usage devrait permettre de combattre la sous-alimentation dans le monde.

3) Où est l’enjeu de l’information géographique ?

La carte est un outil de médiation essentiel pour les citoyens, les électeurs, les maîtres d’ouvrage… Son usage pose certes des problèmes en matière de responsabilité individuelle (contournement de radars et violence routière par exemple), mais elle n’en demeure pas moins indispensable dans les domaines de l’éducation et de la formation, du monde associatif et des services publics.