Election du nouveau Conseil d'administration de l'AFIGEO - 23 juin 2017

AG2017 NvoCA17 20 20170623
Les nouveaux administrateurs de l'AFIGEO (2017-2020)


Membres du Bureau Pôle de rattachement
Président : Jean-Marie SÉÏTÉ – PETR du Pays de Balagne     Pôle Usages - Utilisateurs
Secrétaire : Guillaume SUEUR – Neogeo Technologies Pôle Entreprises - Industries
Trésorier : Éric THALGOTT – GÉOFIT    Pôle Entreprises - Industries
Vice-présidente : Christine ARCHIAS – CRIGE PACA Pôle Usages - Utilisateurs
Vice-président : Pierre BAZILE –  Individuel Pôle Formation - Recherche
Vice-président : Mathieu BECKER – Isogeo     Pôle Entreprises - Industries
Membres du Conseil d'administration Pôle de rattachement
Jean-François  GIGAND – Individuel Pôle Usages - Utilisateurs
Corine LOCHET – SHOM      Pôle Usages - Utilisateurs
Yves MÉO – Métropole Aix-Marseille Provence Pôle Usages - Utilisateurs
Jean-Pierre MOREAU – ENEDIS     Pôle Usages - Utilisateurs
Françoise DE BLOMAC – Individuelle   Pôle Entreprises - Industries
Jean-Baptiste HENRY – THALES  Pôle Entreprises - Industries
Jean-Michel LAPORTE – Airbus Defence and Space   Pôle Entreprises - Industries
Alain DUPÉRET – Ecole nationale des sciences géographiques (ENSG)   Pôle Formation - Recherche
Pierre BAZILE –  Individuel     Pôle Formation - Recherche
Pierre-Yves VION –  AgroParisTech Pôle Formation - Recherche

 

A l’occasion de l’Assemblée Générale de l’AFIGEO (le 23 juin 2017, à l’Agence Française pour la Biodiversité – Vincennes), les adhérents de l’association ont élu 15 nouveaux administrateurs pour un mandat de 3 ans (2017-2020). Réunis au sein du Conseil d’administration, ces administrateurs ont ensuite procédé au vote des 6 membres du Bureau.

Jean-Marie SÉÏTÉ a ainsi été réélu Président de l’AFIGEO. Architecte-urbaniste, enseignant au CNAM-ESGT, Jean-Marie SÉÏTÉ est Maire de Galeria, Vice-président du Pôle d'Equilibre Territorial et Rural du Pays de Balagne et Vice-président du Parc Naturel Régional de Corse.

Télécharger le communiqué de presse associé.

Retour sur... Réunion du GT Open Data chez Etalab - 30 mai 2017

Le 30 mai 2017, le GT Open Data s'est réuni chez Etalab pour éclaircir l’impact de récents décrets... et mieux s’y retrouver dans les sigles (LO, ODbl, SPD, PIA, BAN, ODL...) !

Entre réunion d’information et retour d’expérience, la réunion du GT Open Data (OD) de l’AFIGEO accueillie par Etalab (Paris, 15°) le 30 mai 2017 était riche d’enseignements... et indispensable en cette période d’évolution réglementaire.

Le décret SPD et le décret "Licence" impactent les dynamiques d’ouverture des données publiques et interrogent les géomaticiens pour ce qui concerne les données INSPIRE. L’éclairage apporté par trois représentants d’Etalab ont nourris les débats avec une assemblée fortement mobilisée.

Eléments de synthèse du compte-rendu :

open data 20170622 1* L'AFIGEO et Etalab collaborent depuis 2012 (ouverture du GT OGC à l’OD) autour de nombreuses actions qui ont favorisé le rapprochement de communautés et de leur pratique (Barcamp, co-production documentaire autour de la passerelle, réponse et relais des consultations, invitations à débattre ou à s’informer mutuellement, échange d’expertises…).

* Le décret "Licence" encadre les licences utilisables par l’administration : la Licence ouverte 2.0 par défaut et Licence ODbL 1.0 (l’usage de celle-ci devant être justifié car limite les réutilisations). Il est aussi possible de faire homologuer une licence supplémentaire, bien que cette démarche se veuille volontairement complexe. Les exceptions à la diffusion (code de l’Environnement) sont décrites dans le guide de rédaction des métadonnées INSPIRE du CNIG.  

open data 20170622 2* Le décret "Service public de la donnée – SPD" du 14 juin 2017 doit encore être précisé via un arrêté pour définir les conditions de performance et de mise à disposition des 9 jeux données qui bénéficient de :
>> garanties de disponibilité des fichiers (99 %) ;
>> engagements du producteur et du diffuseur pour les mises à jour ;
>> modes de diffusion accessibles non contraints (le SPD rend obligatoire le téléchargement : les API constituent un confort complémentaire mais non obligatoire).

* Les débats ont permis d’éclaircir certains points :
>> tous les référentiels identifiés dans le SPD seront disponibles en Open Data sauf le RGE (cf. loi Valter) ;
>> l’ouverture PCI Vecteur est encore non effective ;
>> l’opportunité d’être force de proposition pour enrichir le SPD de données géographiques de référence ;
>> la façon dont sont désignés les « diffuseurs » des données du SPD ;
>> la nécessité de communiquer de façon pédagogique sur ces évolutions...

* Concernant le socle commun de données nationales (démarches OpenDataLocale), il faut disposer de référentiels sur les découpages administratifs. Un travail est réalisé par Etalab (avec IdéoBFC et GéoRhones Alpes) via le projet territoire.data.gouv.fr. Il vise à mettre à disposition : 
>> un découpage territorial via une API ;
>> une interface graphique ;
>> la projection d’un CSV à la volée.

* Perspectives pour le projet Base Adresse Nationale (BAN). La BAN actuelle est constituée des adresses exportées de la BD UNI de l’IGN. Actuellement, la BAN est disponible sous 2 licences : Licence gratuite de repartage et Licence ODbL. Des évolutions sont attendues avant l’été, au niveau de la plateforme et des outils de remontée d’informations.

* En termes d’articulation avec les travaux d’Open Data France, cette réunion a permis de valider l’axe animé par Thomas Portier et concernant la définition d'un modèle de données sur le cas des données HYDRANT, puis a posteriori de relayer l’appel à commentaires sur le socle commun des données locales. 

Télécharger le compte-rendu complet :



En savoir plus sur le GT Open Data :
http://afigeo.asso.fr/pole-entreprise/groupe-dinteret-ogc.html

Retour sur... Réunion du Réseau des CRIGEs - 23 mai 2017

Des animations innovantes pour des sujets à forts enjeux

S’approprier de nouvelles méthodes d’animation pour co-construire des projets ou animer des démarches collectives constitue un atout pour les plateformes, acteurs majeurs de l’animation territoriale autour de l’information géographique. Ainsi, à l’occasion de la réunion des CRIGEs du 23 mai et sous l’impulsion de IdéoBFC, de GéoNormandie et du CRIGE-PACA — de nouveaux supports et appuis ont été mobilisés pour accompagner des réflexions prospectives :
>> carte heuristique des travaux du Pôle Usages / Réseau des CRIGEs 2014-2017 que chacun a était invité à commenter pour bâtir le programme 2017-2020 ;
>> participation de Florence RIGNEAU, facilitatrice graphique, pour structurer les échanges sur l’Open Data.

Le Réseau s’est également concentré sur des sujets phares pour les utilisateurs des plateformes qui orientent à différents degrés leurs programmes de travail...

ReseauCRIGEs 153418



La co-production de données

     * Le « Plan Corps de Rue Simplifié » (PCRS)


Les positionnements varient d’un territoire et d’un échelon à l’autre. La présentation réalisée par le CRAIG en janvier 2017 sur son implication organisationnelle et financière a interpellé les membres du réseau. Certaines plateformes ont d’ores et déjà investi le sujet de façon active selon divers niveaux de mutualisation méthodologique, technologique et/ou financier. D’autres se positionnent sur une coordination générale des initiatives et expérimentations locales portées par les communes, les EPCI, les Départements…. Quelle que soit la stratégie envisagée, les enjeux en « zone rurale », le choix du vecteur ou de l’image, la pertinence de l’échelon départemental sont les sujets d’actualité.

     * Les données d’occupation du sol

Un tour de France des projets d’acquisition mutualisée, d’actualisation d’anciens millésimes, d’implémentation de modèles communs permet de mesurer les défis pour rendre ces données cohérentes avec le projet national d’OCSOL à grande échelle (OCSOL-GE). Les sources de financement de ces projets ont également fait l’objet d’échanges. Le lien entre les projets locaux avec les travaux du GT OCSOL de la Commission Données du CNIG est indispensable.

     * Les données « zones d’activité économique »

Répondre aux enjeux liés à la production d’information géographique sur les zones d’activité économique est un défi important pour les plateformes ! Partager une même définition de la ZAE est un premier enjeu : quelle emprise/zonage ? quels objets terrains/locaux d’entreprises ? quel périmètre d’analyse « pôle d’activités économiques » (qui résulte d’un croisement de données ZAE, avec des données socio-économiques et d’infrastructures de transport…) ?

Le transfert de nouvelles compétences « économiques » aux régions, aux communautés de communes ou d’agglomération, la recomposition des CCI complexifie encore le contexte : la volonté de mutualiser est forte, mais pour des besoins utilisateurs parfois très variés. La variété des usages impose une logique de production tantôt micro (gestion / aménagement du territoire, évaluation économique du foncier disponible), tantôt macro (observation).

Le travail de Géopicardie pour définir un modèle de données commun en complément des autres initiatives en cours ou naissantes, a permis d’apporter un éclairage sur un des volets du sujet.

L’ouverture de la base SIREN par l’INSEE va encore faciliter le travail collaboratif autour des ZAE. Des pistes de collaboration pourraient être initiées entre l’INSEE et les CRIGEs. Autre piste d’action : la valorisation et l’enrichissement des applications Web développées à partir de données ZAE par les plateformes. Les attentes autour du «  marketing territorial » ou la remontée d’information collaborative sont très fortes et en sont l’illustration.

L'ouverture des données

La réunion a permis de dresser une panorama complet des dossiers déposés en mai 2017 au guichet « Plan d’investissement d’avenir »  / Open data et intégrant un volet « données GEO ». Les attentes sont fortes : développement d’outils divers, interfaces pour rendre interopérables des solutions Open Data et Info.Géo., supports pédagogiques… Autant de pistes pour améliorer le lien entre communautés et portails Open Data et géomatiques. A ce sujet, les axes de travail du GT Open Data de l’AFIGEO sont en phase avec les besoins exprimés par les plateformes, notamment la nécessaire articulation entre les expérimentations Opendatalocale (auxquelles participent certaines plateformes) et le niveau national dans lequel l’AFIGEO s’implique pour contribuer à la dynamique Open Data.

La valorisation des plateformes

Sur cet axe, le Réseau des CRIGEs a confirmé son souhait de poursuivre :
>> l’enrichissement du recueil de fiches de bonnes pratiques
>> la finalisation de l’observatoire des plateformes...

En savoir plus sur le Réseau des CRIGEs et ses actions :
http://www.afigeo.asso.fr/pole-usages/criges.html


ReseauCRIGEs 114634 ReseauCRIGEs 161350
ReseauCRIGEs 162102

ReseauCRIGEs 20170523 162111

Appel à manifestation d'intérêt - Modèle minimal pour la donnée hydrants - GT Open Data de l'AFIGEO - Juin 2017

Ecran OsmHydrantsLe groupe de travail Open Data de l'AFIGEO souhaite contribuer aux travaux de normalisation des données publiques ouvertes entamés par l’association OpenDataFrance. Ses membres proposent ainsi la constitution de “Modèles minimaux de données” pour les jeux de données géographiques produits par les collectivités et organismes publics dont un premier travail de recensement de ces données a été effectué : https://goo.gl/fjZBKd
 
Les objectifs de cette démarche sont de :
* favoriser le partage de données entre institutions ;
* faciliter l’intégration de données dans les infrastructures informatiques ;
* renforcer la qualité des données échangées ;
* faciliter la constitution de jeux de données à différentes échelles par la consolidation de jeux de données produits à l’échelle locale.

A ce titre, le GT Open Data lance un premier appel à manifestation d'intérêt visant à produire un modèle minimal de données contenant les informations nécessaires et suffisantes pour les exploitations les plus courantes d'un jeu de données identifié, en l'occurence les hydrants.

Ce modèle de données n’a pas vocation à être exhaustif et à répondre à tous les usages. Il doit être facilement implémentable dans les systèmes d’information des producteurs et des utilisateurs de la donnée.

Les hydrants encore appelés points d’eau incendie (borne incendie, poteau incendie et point d’aspiration) sont recensés par les SDIS, les collectivités territoriales et/ou les délégataires de service public. La gestion de ces données est effectuée à un échelon départemental. Ces "bases de données hydrants" constituent un enjeu majeur pour la gestion des risques incendie et doivent être partagées entre départements limitrophes.
 
Afin de proposer la constitution de ce modèle minimal de données,  le GT Open Data de l'AFIGEO sollicite les acteurs en charge de la gestion de cette donnée pour prendre part à ces travaux ; à savoir 4 conférences téléphoniques de 2 heures et des échanges par mail sur une durée de 6 mois.
 
Si vous êtes intéressé, merci de compléter le formulaire en ligne avant le 23 juin 2017 ou de contacter l’AFIGEO.

Retour sur... 8e Apéro Géomatique & Innovation (AFIGEO - SOGEFI) - 16 mai 2017



8e Apéro Géomatique & Innovation

 

 Le pouvoir de l'image
associé à la donnée

 
mardi 16 mai  2017 de 18 h 30 à 21 h 30 – Toulouse

 
 
organisé avec

Logo SOGEFI


8eApero4

Crédits photographiques : ©SOGEFI, ©AFIGEO

Le mardi 16 mai 2017, le 8e Apéro Géomatique & Innovation a réuni une cinquantaine de participants autour de l'AFIGEO et de SOGEFI, à La Cantine Toulouse. Retour sur des cas concrets pour illustrer le « pouvoir de l’image associé à la donnée » ou comment, à partir de visuels tels que la photo, la vidéo ou l’imagerie spatiale, exploiter au mieux  la donnée géographique pour anticiper la gestion des risques, améliorer la compétitivité d’un territoire, fournir des indicateurs pour aider les décideurs à prévoir les futurs aménagements du territoire

>> Relevés des équipements D.F.C.I : méthodologie et outils ; cas du SDIS de l'Aveyron
Vincent ROBBE – SOGEFI

Au regard de l’insuffisance des données en matière de défense des forêts contre les incendies (DFCI), le Service départemental d’incendie et de secours (SDIS) de l’Aveyron a mandaté SOGEFI pour créer et gérer une base de données des équipements de prévention. Du relevé de terrain (environ 1 000 km de pistes concernés) à la plateforme Web TLI (Traitement Levés Imajbox), en passant par une série de traitements manuels et automatiques, SOGEFI propose des outils innovants qui facilitent l’intervention des SDIS au quotidien. Des données bientôt accessibles en toute mobilité, en 3D, sous Mapillary…


>> La cartographie associée à l'image pour l'optimisation fiscale des collectivités

Paul ANTOINE-DOMINIQUE – ECOFINANCE

Cabinet spécialisé dans l’accompagnement des collectivités et EPCI à l’identification de sources de financement sur leur territoire, ECOFINANCE s’appuie sur le savoir-faire de SOGEFI en matière de cartographie et d’imagerie. Qu’il s’agisse de fiscalité liée à l’habitation (taxe d’habitation ou taxe foncière) ou de taxe locale sur la publicité extérieure (TLPE), les images (photos, vidéos) associées à la cartographie permettent aux collectivités de recenser d’innombrables données – décrites avec précision, géolocalisées – sur leurs équipements urbains : voirie, éclairage public, signalétique, arrêts de bus, espaces verts, etc. Autant d’informations qui aident la collectivité à taxer plus équitablement le domaine public, à lutter contre la pollution visuelle… et, in fine, à mener à bien sa politique publique.


>> Mettre des données spatiales dans ses projets

David CONVERS – BOOSTER NOVA

Le Booster Nova, incubateur du pôle de compétitivité Aerospace Valley, vise « l’émergence de services et de start-up ambitieuses à vocation mondiale, tirant parti de savoir-faire régionaux exclusifs dans les domaines des applications spatiales, du numérique et de l’Internet des objets ». Dans le domaine du spatial, le Booster Nova finance des projets développés à partir de données d’origine satellitaire pour la navigation / positionnement, les télécommunications ou l’observation de la Terre.  A ce titre, il lance régulièrement des challenges et des appels à projets avec des financements intéressants à la clé…


>> Définir des indicateurs territoriaux pour l'aménagement urbain grâçe à l'imagerie spatiale THRS

Dominique HEBRARD – CEREMA

Grâce à l’imagerie spatiale THRS (Très Haute Résolution Stéréo), le CEREMA  a défini une batterie d’indicateurs territoriaux pour l’aménagement urbain. L’objectif ? Apporter une information complémentaire, prête à l’emploi pour les décideurs et aménageurs, qui prenne en compte l’ensemble des enjeux urbains (aménagement du territoire, mobilité et transport, gestion des risques, etc.) et basée sur les nouvelles technologies spatiales (satellites Pléiades THRS, avec une précision de 50 cm, en 3D). A ce stade, une trentaine d’indicateurs sont disponibles. Ils sont liés à la densité urbaine (ex. : évaluation du potentiel de densification), à l’occupation du sol (ex. : taux et hauteur de la végétation), à la mobilité (ex. : comportements de mobilité au regard de la densité de la population)…



Vous en parlez...
> DécryptaGéo : Un apéro qui donne une bonne image...

Précédentes éditions :
> 7e Apéro avec la RATP à Paris
> 6e Apéro avec 1Spatial à Arcueil

> 5e Apéro avec DSi à Toulouse
> 4e Apéro avec IGNfab à Saint-Man
> 3e Apéro avec Immergis à Montpellier

> 2e Apéro avec ESRI France à  Paris
> 1er
Apéro avec Isogeo à Paris